logo
 
Accueil
Prises de position
Vidéos
Votre circonscription
Canton de Rennes Centre
Canton de Rennes Nord
Canton de Rennes Sud-Ouest
Canton de Mordelles
Canton Rennes Centre-Ouest
Assemblée Nationale
Fonctions
Commisson des affaires culturelles et de l'éducation
Commission des affaires économiques
Commission des affaires sociales
Commission de la défense et des affaires étrangères
Commission du développement durable
Commission des finances
Commission des lois
Autre
Conseil Général - Habitat 35

 













Article ID : 507
Public : Default
Version 1.00
Date de publication: 05/04/2011 11:30:00
lectures : 911

M. Marcel Rogemont attire l'attention de M. le ministre de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche sur la question du prix des aliments peu transformés...
L'UFC-Que Choisir de Rennes vient de mener une enquête sur les prix d'aliments peu transformés dont la matière agricole constitude une part prépondérante. Alors qu'en septembre 2009, les prix agricoles de la volaille, du porc et du lait étaient respectivement de 2,11€;1,34€; et 0,29€, les prix moyens en rayon de l'escalope de poulet, de la côte de porc et de la brique de lait, dans la zone de Rennes et Fougères, étaient de 11,87€, 6,09€ et 0,73€, soit des différentiels importants qui faute de transparence et de données publiques, restent inexpliquées. Mais une étude plus approfondie permet de parler de marges injustifiées. Pour de nombreux produits (lait, porc, volaille), les industriels et distributeurs profitent des variations de prix agricoles, plus particulièrement des baisses, pour accroître fortement leurs marges. S'agissant du lait, entre septembre 2007 et septembre 2009, le prix payé à l'éleveur a baissé de 7% alors que pour le consommateur, le prix de la brique de lait Candia a augmenté de 5%. Pire la brique de lait à marque distributeur a elle augmenté de 11%. Il est donc nécessaire de développer lors des périodes de forte variation des prix agricoles, un système de nature réglementaire permettant d'encadrer les marges, si leur progression apparaît injustifiée. Un coefficient multiplicateur semble être le seul outil efficace pour limiter la progression des marges pour le sproduits alimentaires de première nécessité peu ou pas transformés. Un tel dispositif existe depuis 2005 pour les fruits et légumes et il a fait ses preuves. Il lui demande donc de bien vouloir lui indiquer les mesures que le gouvernement entend prendre pour lutter contre les marges injustifiées et notamment sa position sur l'extension aux produits alimentaires peu transformés du coefficient multiplicateur.

0
|  Liens 
Version imprimable Envoyer cet article à un ami
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
 Marcel Rogemont
Open in new window

 Armelle Billard
Open in new window

 Recherche

 Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !

Powered by XOOPS © 2001-2011 The XOOPS Project