logo
 
Accueil
Prises de position
Vidéos
Votre circonscription
Canton de Rennes Centre
Canton de Rennes Nord
Canton de Rennes Sud-Ouest
Canton de Mordelles
Canton Rennes Centre-Ouest
Assemblée Nationale
Fonctions
Commisson des affaires culturelles et de l'éducation
Commission des affaires économiques
Commission des affaires sociales
Commission de la défense et des affaires étrangères
Commission du développement durable
Commission des finances
Commission des lois
Autre
Conseil Général - Habitat 35

 













Article ID : 1603
Public : Default
Version 1.00
Date de publication: 18/03/2014 00:29:17
lectures : 693

Open in new window

Je tiens à vous saluer tous, Mesdames et Messieurs, en vos grades et qualités, en mon nom et au nom de l’Assemblée nationale française.
Je suis très honoré d’avoir été invité, en tant que président du groupe d’amitié France Bosnie-Herzégovine à l’Assemblée nationale française, pour célébrer aujourd’hui le début des
activités du jumelage européen entre les assemblées parlementaires de Bosnie-Herzégovine, l’Assemblée nationale française et le Parlement hongrois...

J’ai été bouleversé par la guerre et par la situation particulière de la Bosnie-Herzégovine. J’ai toujours souhaité qu’après la guerre, votre pays réussisse à se reconstruire, malgré les difficultés institutionnelles et politiques résultant notamment des accords de Dayton-Paris. L’Union européenne est une chance pour la Bosnie-Herzégovine comme pour chacun de ses voisins.
S’il m’est possible de contribuer à parcourir, avec vous le chemin qu’il reste à faire, alors je suis avec le groupe d’amitié que je préside disponible. Les activités de notre groupe d’amitié à l’Assemblée nationale en sont la preuve. Outre nos très bonnes relations avec M. l’ambassadeur de France en Bosnie-Herzégovine ici présent et notre ministère des affaires étrangères, nous entretenons donc des relations cordiales avec votre ambassadrice en France, Son excellence Mme Nina Sajić, notamment pour suivre l’avancement des négociations sur la révision constitutionnelle que doit absolument adopter votre pays afin d’obtenir le statut officiel de pays candidat, en permettant à tout citoyen bosnien de se présenter à l’élection à la Présidence de Bosnie- Herzégovine.
Nous avions également eu l’occasion de rencontrer M. Ivo Komšić, maire de Sarajevo, le 23 octobre dernier à la mairie de Paris, lors d’un évènement organisé par une association que notre groupe d’amitié soutient activement, l’association pour les forums de l’urbanisme à Sarajevo (AFUS), qui ambitionne d’organiser un deuxième forum de l’urbanisme à Sarajevo en septembre 2014.
Enfin, en décembre 2013, j’ai accueilli à l’Assemblée nationale Mme Škrobić-Omerović, la directrice exécutive du Foreign Investor Council en Bosnie-Herzégovine, dans le cadre du Programme d'invitation des personnalités d'avenir organisé par notre ministère des Affaires étrangères.
Dans le prolongement des activités de notre groupe d’amitié, il m’apparaît important de soutenir les assemblées parlementaires bosniennes à travers ce jumelage européen. Ce projet, d’une durée de vingt-quatre mois, a des objectifs ambitieux sur lesquels je ne reviens pas.
Je rappelle simplement que l’Assemblée nationale française est expérimentée en matière de jumelage parlementaire. Au cours des dernières années, nous avons répondu à des appels d’offres européens dans le cadre des coopérations parlementaires avec le Kosovo, la Roumanie, la Moldavie, l’Albanie, le Liban et le Vietnam.
Par ailleurs, nous apportons en permanence une assistance technique à plus de quatre-vingts assemblées dans le monde. Tout cela pour vous dire que nous mettrons tout en œuvre, avec nos partenaires hongrois, pour que les activités de ce jumelage se déroulent dans de bonnes conditions, en vous envoyant les meilleurs experts, les plus compétents et les plus motivés. Outre son aspect technique, ce jumelage aura aussi nécessairement une dimension politique. L’implication de la France, premier Etat à avoir ouvert une ambassade en Bosnie-Herzégovine en 1993, a été forte dès l’indépendance. Les accords de paix qui ont mis fin au conflit en Bosnie-Herzégovine ont été signés à Paris le 14 décembre 1995. Depuis, le dialogue bilatéral est régulier, et j’ai appris avec plaisir il y a quelques mois l’entrée du Parlement de Bosnie-Herzégovine comme observateur de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie.
Ainsi, au-delà des soixante missions d’experts de l’Assemblée nationale à Sarajevo, à Banja Luka et à Brčko, je souhaite que nous puissions profiter de ce jumelage pour accueillir à Paris les présidents des assemblées parlementaires de Bosnie-Herzégovine et des entités, ainsi que des visites de travail de députés. J’espère également que nous pourrons organiser une mission officielle du groupe d'amitié que je préside et recevoir à Paris une délégation du groupe d'amitié Bosnie-Herzégovine-France pendant la durée de ce jumelage.
Mesdames et Messieurs, cette cérémonie ne marque donc pas le début de notre coopération, qui est bien engagée depuis vingt ans, mais elle constituera bien le point de relance de notre partenariat, tout au long de votre candidature à l’Union européenne qui, je l’espère à titre personnel, finira par être couronnée de succès.
Y a-t-il une autre voie pour la Bosnie-Herzégovine que l’UE ? Je ne le crois pas. Je crois plutôt que c’est son destin. L’UE aidera, aussi, à répondre au peuple qui dans la rue aujourd’hui demande plus de justice sociale, plus de justice économique. Dans ces manifestations, une voix s’est élevée pour dire : « Je ne suis ni Croate, ni Bosniaque, ni Serbe, je suis chômeur. » Voilà un propos qui doit être le point cardinal d’une réflexion, plus encore : d’une action responsable.
A ce point, je veux rappeler que c’est la seconde fois que je suis à Sarajevo. La première fois que je suis venu à Sarajevo, c’était en 1994. Avec trois de mes amis nous avions acheté le matériel nécessaire pour créer une radio libre intercommunautaire à Sarajevo. Malheureusement le matériel n’est arrivé que partiellement, rendant caducs nos efforts. Mais là n’est pas mon propos. Durant mon séjour près d’un mois, j’étais accueilli par une jeune femme qui habitait chez ses parents. Son compagnon était monténégrin, sa mère était serbe et son père bosniaque. La situation de cette femme était impossible. Il lui fallait choisir une et une seule identité, elle qui en avait plusieurs. Pis que cela, on lui imposait de choisir une identité. Cette situation a formé mon jugement sur les questions identitaire. Ainsi, en France, je suis d’origine corse et donc je me sens corse à 100%, je suis élu en Bretagne et donc je me sens Breton à 100% ; comme Français je le suis aussi à 100% ; et en plus en qualité d’Européen je me sens à 100% européen.
Et je ne veux que personne, autre que moi, ne détermine mon identité. René Girard, ethnologue et philosophe français, écrivait dans son livre Des chosescachées depuis la fondation du monde : « C’est parce que nous avons peur du double que les sociétés cultivent tant leurs différences, à en oublier leurs ressemblance ».
Est-il possible, de temps en temps, de cultiver nos ressemblances ? Après tout, des pays, je pense à l’Angleterre, la France et l’Allemagne, pour ne citer qu’eux, se sont fait la guerre des siècles durant et aujourd’hui ils construisent ensemble l’Europe. Il n’y a pas une fatalité de la guerre. Ils construisent l’Europe, car le destin de chacun après la guerre, est de vivre ensemble. Il y a quelques temps j’assistai à une pièce de théâtre dont le titre était : Jurons que nous serons heureux.
Puissent les peuples qui composent le continent européen, puisse chacun des citoyens de ces pays si divers prendre l’engagement premier, celui de jurer que nous serons heureux, j’ajoute : ensemble.
C’est mon souhait le plus cher, la raison de ma présence ici. Et pour conclure mon propos, vous me permettrez, en écho à la complexité de la Bosnie-Herzégovine, de rappeler
une pensée d’un philosophe romain : il s’agit de Sénèque. Que disait-il ? « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas mais c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficile. »

0
|  Liens 
Version imprimable Envoyer cet article à un ami
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
 Marcel Rogemont
Open in new window

 Armelle Billard
Open in new window

 Recherche

 Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !

Powered by XOOPS © 2001-2011 The XOOPS Project